31 mai 2006

Les Ans Volés Se Dissipent Toujours

Parfois, je me nois sous la pluie; Il arrive, qu'au detour d'un orage, Ma tête, d'un grand néant, s'emplisse, Sans meme qu'un mot volage Entre deux gouttes, ne s'enfuit. Par moment, dans ces nuits Où toutes les lunes scintillent, J'empaume le temps qui s'enfuit, Le temps, pour qui les étoiles brillent, Pour qu'il me tienne compagnie. Par instant, je m'enfuis, Au delà des pensées vrombissantes Ou se perdent de puissants cris, Et ainsi retrouver, encore crépitante, Solitude, qui, toujours, sourit.

Posté par icareinthesea à 00:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les Ans Volés Se Dissipent Toujours

Nouveau commentaire